L’isolation en quelques mots :

Pour vous aider à mieux choisir votre isolation, quelques explications s’imposent.

La conductivité thermique des matériaux : Lambda

La RT (résistance thermique) est donnée pour une épaisseur et un lambda (propre à chaque matériau). RT = ep. en mètre / lambda

Donc plus le Lambda est faible, plus le matériau possède des qualités isolantes. Il est donné en W/m.k

C’est cette valeur qui fait foi pour le calcul du crédit d’impôts.

Désignation Lambda

Laine de roche :

0.038 W/m.K

Laine de verre

0.038 W/m.K

Ouate de cellulose

0.040 W/m.K

Laine de bois

0.038 W/m.K

Polystyrène extrudé

0.030 W/m.K

Ces valeurs sont celles données par le CSTB, les autres valeurs que vous pouvez trouver dans divers documents sont celles des tests effectués par les fabriquants. le produit reste identique mais les méthodes de calcul peuvent différer.

La perméabilité à la diffusion de vapeur d’eau :

C’est la capacité d’un matériau à évacuer l’humidité contenue dans l’air.

Plus l’air est chaud plus il est saturé en humidité : en hiver l’air est plus chaud à l’intérieur de la maison, la nature cherchant sans cesse à rétablir l’équilibre, l’humidité de l’air va chercher à s’évacuer vers l’extérieur.

Si le produit isolant est fermé à la diffusion de vapeur d’eau (hydrophobe : ex : polystyrène), l’humidité ambiante ne peut pas s’évacuer et le point de rosée peut être atteint (formation de condensation donc risque de moisissure).

Si le produit isolant est hydrophile (ex : laine de verre/ laine de roche) il est équipé d’un pare vapeur, celui-ci rendant l’isolant fermé à la diffusion de vapeur d’eau.

Dans les deux cas précédemment cités, seule une VMC performante peut limiter les problèmes de condensation.

Les produits dits « respirants » sont ouverts à la diffusion de vapeur d’eau, ils favorisent l’échange gazeux. ce qui permet de maintenir un bon état sanitaire de votre maison.

L’inertie des matériaux :

On peut communément parler de « temps de déphasage ». Il sagit de la faculté des matériaux à accumuler la chaleur. Plus le matériau accumule la chaleur, plus il mettra de temps à la redistribuer.

Exemple : Lorsque que le soleil est à son zénith, la chaleur s’accumule fortement sur la toiture. Si la maison est isolée avec des matériaux à faible inertie, une élévation de température se fait sentir (principalement dans les pièces sous toiture). Un matériau à forte inertie peut emmagasiner la chaleur pendant plusieurs heures (9 à 12 h pour les meilleurs) assurant ainsi une douceur constante au sein de l’habitation.

En hiver, la chaleur produite par les radiateurs mettra plus de temps avec des matériaux à forte inertie à s’échapper de la maison, permettant ainsi d’importantes économies d’énergies.